Mots doux

  • [ de doux personnages…]

    Au départ c’était des portraits, des reproductions, des inspirations et puis est venu le temps de l’imagination. Le temps de ceux qui flânent et se baladent devant mes yeux ouverts ou fermés. Le temps de ceux qui émerveillent, qui laissent planer le doute sur ce qu’ils sont, réels ou irréels, représentation ou bien fiction…

  • [ j’en ai marre ! ]

    du temps qui passe, des heures trop longues, de la colère, de ce qui marche pas, de ce qui cloche, de trop penser, des somnambules, des états d’âmes, de la tristesse et des faiblesses, du blablabla, du « montre moi ça », du manque de voix, des « en veux-tu en voilà », de tout ça, du monde sans fin, d’avoir tout le temps faim, de perdre mon temps et de perdre le sien, des yeux fermés, des têtes bornées, de ceux qui n’écoutent pas, qui pensent qu’à ça, du doute, du « quoi qu’il en coûte », du cinéma, du trop plein de gras, du trop sucré, du pas salé, du manque d’infos, du tape du pied, des bouches fermées, des yeux rêveurs, des haut-le-coeur, de l’air pollué, des petits papiers. On s’arrête là ? Paraît-il qu’il faut écrire et dire à haute voix pour que ça passe…

  • [ essaye, goûte, touche, écoute ]

    Marcher pieds nus, sentir le froid, le chaud, danser dans la rue, crier très fort, mettre à sa bouche, échouer et recommencer, parfois pleurer, s’énerver et se calmer, trouver ça doux, trouver ça chou, essayer et s’affirmer, c’est ça de grandir, c’est ça de vivre.

  • Citation illustrée • Christian Bobin
  • [ ah la fête des mères… ]

    Vous vous doutiez bien que cette année je n’allais pas la rater ? Et bien, pour tout vous dire, elle non plus ne m’a pas loupée ! Il y a ces dessins qu’on a en tête pendant des années, et qu’on voudrait peut être même oublier, il y a ces dessins qui ne dépasseront pas le stade du crayonné, mais qui nous tiennent au cœur tant qu’ils ne sont pas sur le papier… La maternité, c’est un sujet que je ne pourrais jamais épuiser, tellement mon cœur en déborde, tellement ma tête en est remplie. Devenir maman, c’est un vrai chamboulement. Être maman c’est un vrai débordement. De l’amour à n’en plus finir, de l’inquiétude et des questions à en pâlir. Des larmes de joie et des larmes tout court. C’est pour moi la plus belle des aventures. Celle qui transporte et qui change tout, notre regard et nos envies, nos rêves et nos péripéties.

    Chaque année depuis 11 ans, depuis la disparition de ma maman, je vois cette date arriver, chaque année je me dis que je déteste ces festivités, que c’est un sujet trop délicat à aborder. Chaque année depuis 3 ans, depuis que je suis à mon tour maman, je me dis que je dois arrêter et profiter. Chaque année je pense à tout ça, à notre parcours, à ceux que j’aime, à ceux qui n’y arrivent pas, à ceux qui en rêvent mais ne se lancent pas, à ceux qui n’en veulent pas. Alors voilà… c’est là. Ce n’est que mon parcours, avec ses embûches et ses grands moments de joie pour mes filles, Léa & Maya, pour notre Ellie qui nous manque, pour ma maman qui nous manque, pour toutes les mamans, les mamanges, les futures mamans, celles qui en rêvent, celles qui attendent. Bonne fête !

  • Les douces émotions n°1

    [ chasser sa colère ] et si on apprenait à nos petits comment réussir à se calmer ? Comment comprendre et gérer nos émotions ? Et si on leur donnait la possibilité de s’écouter ? Avec des mots doux, des mots simples, des mots qui accompagnent… Quand Léa s’énerve, qu’elle nous montre sa colère, on lui explique qu’elle a le droit, que c’est comme ça, et qu’elle peut aider sa colère à s’envoler. Alors parfois on fait ça : on rassemble la colère avec les mains, on prends tout ce qui nous énerve, on dit même des « scrogneugneu » et autres trucs qui aident à évacuer un peu, et puis on lève les bras doucement, lentement, en respirant, pour chasser la colère et l’aider à s’en aller… c’est fou le bien que ça fait. Et surtout, c’est fou à quel point nos enfants sont capables de comprendre ça. Même à 2 ans, 3 ans… alors si on prenait un peu de temps, pour leur montrer la bienveillance, envers soi, envers les autres, pour leur montrer qu’ils sont capables, qu’il faut parfois accepter et souffler… respirer ☁️

  • [ l’imaginaire 🌈☁️✨]

    C’est l’image que je m’en fais. L’imaginaire au dessus de sa tête. Dès qu’elle s’arrête, qu’elle marque un temps. Un temps d’arrêt, un temps suspendu, où elle laisse la place à l’inconnu. Son imaginaire, son pays des rêves, ses jeux qui n’en finissent plus…

  • L’imposteur

    L’imposteur c’est celui qui vous ment, celui qui vous fais croire que vous ne valez rien, que vous n’y arriverez pas, et qu’il vaudrait mieux s’arrêter là. L’imposteur c’est celui qu’on a du mal à faire taire, cette petite voix dans nos têtes qui n’en finit jamais, qui se faufile et coupe la parole, qui siffle et grogne. L’imposteur c’est le syndrome qu’on combat, celui qu’on ne voit pas et qui ne devrait pourtant pas être là.

  • Ses mots doux

    Ceux de notre fille. Les mots qu’elle répète, ceux qu’elle apprends, les mots compris et ceux à moitié dit. Les jolis mots, les mots rêvés, ceux de son imaginaire, ceux déformés par son oreille. Le « mik-mik » ou le “pik-mik”, c’est le doux mot qu’on ne corrige pas, qui nous donne le sourire en coin, et qu’on lui laisse le soin de faire grandir, quand elle sera prête, quand elle sera grande, encore un peu… avec le temps ☁️

  • Grande sœur en deux temps

    Son doux regard, celui qu’elle a déposé sur sa soeur quand elle l’a vue pour la première fois. C’était plus de deux mois plus tard. Sa sœur était née il y a longtemps déjà, pourtant son doux sourire ne s’éteignait pas. Comme si elle avait été grande sœur deux fois. Ce tout petit bébé, on lui en a tant parlé, elle lui a fait une petite place dans son cœur et dans sa tête, au delà de nos photos et de nos récits, en imaginant chaque jour à quoi elle pouvait ressembler, si elle pouvait parler, si elle allait jouer… elle a suivi ses progrès, ses avancées, ses temps suspendus et nos souffles coupés. Ceux de la prématurité. Et depuis, elle vit, elle sourit, elle réfléchit… avec sa sœur à ses côtés, la vie est comme changée. Elle trouve ses repères et offre à sa petite sœur de doux moments de joies, des rires et des partages. Ces deux petits cœurs sont liés comme on peine à l’imaginer ❤️

  • La « Princesse-Chevalière »

    Je ne dirais pas que c’est facile, ni que ça vient tout seul, au contraire. C’est de longues discussions, c’est parfois la reprendre, lui expliquer, répondre à ses questions, la contredire, contredire ce qu’elle entend… mais quand notre fille nous affirme qu’elle est forte, je suis fière. Fière de prendre autant à cœur cette partie de son éducation, fière de ne pas laisser passer un « mais je suis une fille, je ne suis pas forte » ou un « mais c’est que pour les garçons ça ! », et fière de voir son visage s’éclairer quand elle apprends que tout est possible. Fière de l’entendre dire « non, on ne peut pas se forcer ». Ce n’est pas facile de repérer tout ces clichés, ces préjugés auxquels elle est déjà confrontée à 3 ans. Alors on fait du mieux qu’on peut, pour qu’elle rêve en grand ♥️

  • Le doux portrait de… LilouTeach

    Depuis quelques semaines, je cherche un moyen de présenter mes projets professionnels, mes références clients… une présentation qui sortirait un peu de l’ordinaire et qui permettrait d’en dire plus… Plus qu’un simple paragraphe et trois photos.

    M’est venue l’idée de faire le portrait de celles et ceux qui font vivre la douce journée, mais aussi : de leur donner la parole !
    Un « portfolio vivant » qui vous ouvre les portes de leurs univers…

    Et pour démarrer cette douce série de portraits, voici celui de LilouTeach pour qui j’ai réalisé une série d’illustrations.



    LilouTeach (c)

    Une enseignante passionnée et passionnante !

    « Enseignante titulaire depuis désormais 5 ans, je voue une réelle passion depuis toujours pour mon métier. Il me permet d’être épanouie, et de me sentir utile, pour accompagner mes élèves qui sont en apprentissage de bases solides pour leur avenir, et leur donner le goût et l’envie d’apprendre de manière ludique. »

    Peux-tu nous présenter ton parcours ?

    « En CE2, j’ai eu la chance d’avoir une maîtresse extraordinaire, son nom d’ailleurs était celui d’une fonction trigonométrique en géométrie. Si elle passe par ici, je serais ravie de la revoir. C’est elle qui m’a donné envie de devenir maîtresse et cette envie ne m’a jamais quittée.
    Après le BAC, je me dirige vers une licence en Géographie et Aménagement du Territoire à la Sorbonne, car j’avais une voie de secours (urbaniste) en cas d’échec au concours. J’ai ensuite été en Master Enseignement où j’ai bel et bien obtenu ce CRPE et effectué des stages qui m’ont permis d’affiner mes vœux en termes de niveaux de classe. C’est à ce moment là que j’ai compris et pris conscience de la variété à l’école ! Les secteurs, les cycles, les différents âges, les milieux sociaux et même les différents niveaux font que l’on n’est pas près de tourner en rond !
    En 2018, je me suis lancé le challenge de la classe flexible ; parce que chaque enfant n’apprend pas de la même façon, l’aménagement de la classe est tout aussi important que celui des apprentissages.


    C’est quoi une « classe flexible ?

    « La classe flexible c’est offrir le choix aux enfants de se concentrer de manière efficiente grâce à l’écoute de leur corps. Aujourd’hui, je peux dire que les résultats sont très positifs au niveau de leur épanouissement et de leurs prises de responsabilités. »


    Comment t’es venue l’idée de lancer « LilouTeach » ?

    « Je suis toujours en quête de créations, de nouveautés, d’innovations, que ce soit des jeux et des activités supports pour les élèves, ou des outils pédagogiques pour les enseignants. Et j’aime les partager !
    Sauf que je ne souhaite pas m’arrêter à cela, j’ai également une autre envie, depuis mes débuts, forte et profonde, qui est de continuer en m’investissant dans le monde de l’édition proposant des solutions pour l’enseignement du primaire.
    C’est pourquoi, en 2020, je lance mon site internet lilouteach.com que vous avez peut-être découvert il y a peu, première étape de ce projet. Ensuite, je crée mon nouveau statut d’auto-entrepreneur qui y est lié. J’ai donc ouvert ma boutique en ligne LilouTeach. »


    Illustrations réalisées par la douce journée pour le site LilouTeach.com

    Le témoignage de LilouTeach

    Une douce et belle rencontre…Un jour, je suis tombée par hasard sur la page Instagram @ladoucejournée, illustratrice de talent qui m’a tout de suite donné des millions d’idées ! « Je veux ce style d’illustrations et rien d’autre !! » J’ai tout de suite été séduite par ses dessins, par cette finesse et son projet.

    Pour égayer et ornementer mes produits et mon site, j’ai donc fait appel à ses multiples talents et j’en suis plus que ravie, tant par son travail que par son efficacité. Je lui ai donc proposé de collaborer avec moi en illustrant mon Guide du Maître des Cartes de Rituels.

    Aussi, ayant ouvert la boutique en ligne il y a peu, j’ai souhaité l’accompagner d’une illustration afin de la rendre la plus réelle possible. Si j’avais eu une vraie boutique, elle aurait été comme cela.

    À cela s’ajoute des échanges professionnels de belle qualité et toujours intéressants et pertinents. Je crois qu’elle n’est pas prête de se débarrasser de moi… ! En quelques mots : je suis ravie et plus que satisfaite de son travail.